Neville Goddard en français

Le pouvoir de la conscience – Neville Goddard

 

«En donnant naissance à votre idéal, vous devez garder à l’esprit que les méthodes de la connaissance mentale et spirituelle sont totalement différentes. C’est un point qui n’est véritablement compris que par probablement pas plus d’une personne sur un million

 

LA “LUMIÈRE” est la conscience. La conscience se manifeste sous des légions de formes ou de niveaux de conscience.

Il n’y a personne qui ne soit pas tout ce qui est, car la conscience, bien qu’exprimée dans une série infinie de niveaux, n’est pas divisionnaire. Il n’y a pas de réelle séparation ou lacune dans la conscience. JE SUIS ne peut pas être divisé. Je me conçois peut-être comme un homme riche, un homme pauvre, un mendiant ou un voleur, mais le centre de mon être reste le même, quel que soit le concept que j’ai de moi-même. Au centre de la manifestation, il n’y a qu’un seul JE SUIS se manifestant sous des multitudes de formes ou de concepts de lui-même et «je suis ce que je suis».

JE SUIS est l’auto-définition de l’absolu, le fondement sur lequel tout repose. Je suis la première cause-substance. JE SUIS est la définition de soi de Dieu.

JE SUIS m’a envoyé vers vous. [Exode 3:14]

JE SUIS CE QUE JE SUIS. [Exode 3:14]

Reste tranquille et sache que JE SUIS Dieu. [Psaume 46:10]

JE SUIS est un sentiment de conscience permanente. Le centre même de la conscience est le sentiment de JE SUIS. Je peux oublier qui je suis, où je suis, ce que je suis, mais je ne peux pas oublier que JE SUIS. La conscience d’être reste présente, quel que soit le degré d’oubli de qui, où et ce que je suis.

JE SUIS est ce qui, parmi des formes non définies, est toujours le même.

Cette grande découverte de la cause révèle que, bon ou mauvais, l’homme est en réalité l’arbitre de son propre destin et que c’est son concept de lui-même qui détermine le monde dans lequel il vit [et son concept de lui-même établi ses réactions à la vie] . En d’autres termes, si vous êtes en mauvaise santé et que vous connaissez la vérité sur ce qui en est la cause, vous ne pouvez pas attribuer la maladie à autre chose qu’à l’arrangement particulier de la cause-substance fondamentale, arrangement qui a été produit par vos réactions à la vie, et qui est défini par votre concept “je ne suis pas bien”. C’est pourquoi on vous dit: “Laissez le faible dire:” Je suis fort “” (Joël 3:10), car, par son hypothèse, la substance de la cause – JE SUIS – est réarrangée et doit donc manifester ce que le réarrangement affirme. Ce principe régit chaque aspect de votre vie, que ce soit social, financier etc.

JE SUIS est cette réalité vers laquelle, quoi qu’il arrive, nous devons nous tourner pour une explication des phénomènes de la vie. C’est la conception que nous avons de nous-même qui détermine la forme et le paysage de notre existence.

Tout dépend de notre attitude envers nous-même; ce que nous n’affirmeront pas comme vrai pour nous ne peut s’éveiller dans son monde (ndt: notre vie).

C’est-à-dire que votre conception de vous-même, telle que “je suis fort”, “je suis en sécurité” ou “je suis aimé”, détermine le monde dans lequel vous vivez. En d’autres termes, lorsque vous dites: “Je suis un homme, je suis un père, je suis un Français”, vous ne définissez pas différemment ce que vous êtes; vous définissez différents concepts ou arrangements de la cause-substance – celle que vous êtes.

Même dans les phénomènes naturels, si l’arbre parlait, il dirait: “Je suis un arbre, un pommier, un arbre fécond”.

Quand vous savez que la conscience est la seule et unique réalité – se concevoir pour être quelque chose de bon, de mauvais ou d’indifférent, et devenir ce qu’elle se conçoit – vous êtes libre de la tyrannie des causes secondes, libre de la conviction qu’il y a des causes extérieures à votre esprit qui peuvent affecter votre vie.

On trouve dans l’état de conscience de l’individu l’explication des phénomènes de la vie.

Si le concept de l’homme en soi était différent, tout dans son monde serait différent.

Son concept de lui-même étant ce qu’il est, tout dans son monde doit être tel qu’il est.

Ainsi, il est parfaitement clair qu’il n’y a qu’un seul JE SUIS et vous êtes ce que VOUS ÊTES.

Et tandis que JE SUIS est infini, vous, par votre conception de vous-même, n’affichez qu’un aspect limité de l’infini JE SUIS.

 


 

Docsavage

Attaché aux principes de la "Nouvelle Pensée" du premier milieu du 20e siècle, j'étudie les œuvres des précurseurs qui ont établi les bases de ce qui est appelé maintenant communément "la loi de l'attraction" (et toutes ses dérives). Pour plus d'informations sur mes autres activités, cliquez sur "A propos" Tout en haut du site.

5
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
4 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
3 Auteurs du commentaire
ShamballahDocsavageYves Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Yves
Invité
Yves

Peut-être le meilleur livre de Neville Goddard.
Vous avez oublié d’inclure le chapitre XIX “The Essentials”.